Comment créer un serveur Minecraft sur Raspberry Pi ? (Spigot)


J’ai beaucoup d’expérience sur Minecraft, que ce soit en tant que joueur ou en tant que propriétaire de serveur. Donc naturellement, j’ai voulu essayer sur mon Raspberry Pi.
Je vais vous partager ici les étapes à suivre pour installer un serveur Minecraft multijoueurs chez vous.

Pour installer un serveur Minecraft sur Raspberry Pi, voici les principales étapes à suivre :
– Installer Raspberry Pi OS.
– Télécharger et installer Spigot.
– Configurer le serveur.
– Télécharger et installer les plugins supplémentaires depuis le site de Spigot.
– Démarrer votre serveur
.

Nous allons maintenant voir comment faire tout cela en détail, en démarrant avec un petit peu de théorie sur Minecraft, qui devrait vous aider à mieux comprendre la suite.
Comme d’habitude, suivant votre niveau actuel, certaines étapes seront peut-être moins utiles. Je vous laisse donc utiliser le sommaire ci-dessous pour aller directement à la partie qui vous intéresse.

À propos, si vous êtes novice sur Raspberry Pi et que vous souhaitez accélérer vos premiers pas (tout en vous amusant), n’hésitez pas à télécharger mon e-book « Maitrisez Raspberry Pi en 30 jours« . Il s’agit d’un défi de 30 jours au cours duquel vous apprendrez une nouvelle compétence chaque jour. Vous économiserez du temps et de l’argent et pourrez enfin apprécier cet appareil passionnant qu’est le Raspberry Pi. Je vous offre d’ailleurs 10% de remise aujourd’hui en utilisant ce lien !

À propos de Minecraft

Téléchargez mon antisèche !
Format PDF pratique, avec 74 commandes à retenir pour maîtriser son Raspberry Pi.

Qu’est-ce que Minecraft ?

Minecraft est un jeu de type bac à sable, créé par Mojang.
Ce jeu n’a pas vraiment de but. Chaque joueur va progresser dans le jeu à sa manière et à son rythme.

Au lancement d’une partie, le joueur apparait dans un monde composé de blocs, représentant le monde réel sous une forme cubique.
Le joueur trouvera ensuite plusieurs biomes (prairie, plage, foret, etc.) et des blocs variés comme la pierre, le bois, l’eau, etc.

Le joueur doit ensuite récupérer des ressources afin d’améliorer son équipement (outils, armure, armes).
Il devra aussi survivre face aux monstres qui apparaissent la nuit et dans les sous-sols.

C’est un jeu parfait pour les enfants, car il apprend plein de choses et n’est pas violent.
Il est possible de jouer seul ou avec d’autres joueurs.
Et le but de ce tutoriel sera de vous montrer comment mettre en place un serveur multijoueur, pour pouvoir être à plusieurs sur la même carte, que ce soit en famille ou avec des amis.

Si vous ne l’avez pas encore, c’est un jeu que je vous recommande. Ce jeu est payant, mais ne coûte pas très cher, surtout si vous profitez du bon plan Amazon ici au lieu de passer par l’éditeur.

Le client Minecraft

Pour jouer à une partie Minecraft en multijoueur, il vous faudra deux choses :

  • Un client
  • Un serveur

Le client est la partie facile.
Vous pouvez le trouver sur le site officiel de Minecraft, quel que soit votre système d’exploitation.
Il vous permettra de lancer le jeu, puis de créer une partie solo ou rejoindre un serveur.

La première fois, il faudra d’abord aller dans les options, pour configurer les touches, le son et les paramètres graphiques.

Le serveur Minecraft

Mojang fournit également un serveur pour ce jeu, mais je ne vous le recommande pas.
En effet, le serveur fourni est très léger en termes de possibilités.
Il vous permettra certes de faire du multijoueur sur la même carte, mais vous ne pourrez rien modifier sur le fonctionnement du jeu.

Il existe des autres éditeurs de serveur Minecraft, qui permettent en plus de changer cela, grâce à l’ajout de plugins, que nous verrons par la suite.
Dans cet article, nous allons installer le serveur Spigot, qui permet ceci
.

Maîtrisez Raspberry Pi en 30 jours
10% de remise aujourd'hui !
Téléchargez le livre numérique.
Découvrez les secrets du Raspberry Pi à travers un challenge de 30 jours.

Installation de Raspberry Pi OS

Avant toute chose, il vous faudra installer un système d’exploitation sur votre Raspberry Pi.

Pourquoi Raspberry Pi OS ?

Je vous conseille d’installer Raspberry Pi OS qui permet une compatibilité totale avec tous les logiciels qui nous allons utiliser.

La version Lite de Raspberry Pi OS sera suffisante si vous utilisez votre Raspberry Pi uniquement en tant que serveur Minecraft (ou en tout cas cette carte SD).
L’avantage de la version Lite, c’est qu’elle laissera plus de puissance et d’espace disque pour Minecraft, au lieu de l’utiliser pour de nombreuses applications inutiles.

Pour les utilisateurs plus avancés, des distributions comme Arch Linux (Manjaro est top) ou Gentoo sont sans doute des bons plans également.

Comment installer Raspberry Pi OS ?

Je ne vais pas expliquer l’installation de Raspberry Pi OS en détail ici.
Je vous conseille de lire l’article lié qui vous expliquera toutes les étapes si nécessaire.

Une fois le tutoriel terminé, vous devrez avoir :

  • Raspberry Pi OS installé et à jour
  • Un accès réseau et Internet fonctionnel
  • Un accès à votre Raspberry Pi via SSH depuis votre ordinateur

Je vous recommande, en effet, de continuer à suivre cet article depuis votre ordinateur, tout en étant connecté au Raspberry Pi avec SSH.
Cela vous permettra de simplement copier-coller les commandes indiquées et sans doute de travailler dans de meilleures conditions 🙂

Initiation au Raspberry Pi
10% de remise aujourd'hui !
Visionnez ma formation vidéo pour démarrer du bon pied.
Découvrez le Raspberry Pi, le matériel, ses logiciels particuliers et créez vos 5 premiers projets avec moi.

Installation de Spigot

Comme annoncé plus tôt, nous allons utiliser Spigot pour notre serveur Minecraft.
C’est gratuit, avec une communauté importante et plein de plugins que vous pourrez ajouter après l’installation.

Télécharger Spigot

La première étape sera de télécharger Spigot.
Spigot n’est pas un logiciel que vous pouvez utiliser directement. Il faudra le télécharger depuis le site officiel puis le compiler.

BuildTools.jar est la solution permettant d’obtenir Bukkit, CraftBukkit, Spigot et l’API Spigot.
Nous devons donc le télécharger pour compiler Spigot.

Utilisez ces commandes pour le récupérer dans un fichier temporaire :
mkdir /home/pi/spigot
cd /home/pi/spigot
wget https://hub.spigotmc.org/jenkins/job/BuildTools/lastSuccessfulBuild/artifact/target/BuildTools.jar

Vous êtes ensuite prêts à passer à la suite.

Compiler Spigot

Maintenant que nous avons téléchargé le fichier .jar, il faut lancer la génération du fichier Spigot de cette manière :

  • Rendez-vous dans le dossier de téléchargement (normalement vous y êtes déjà)
    cd /home/pi/spigot
  • Installez les dépendances requises :
    sudo apt-get install git openjdk-8-jre-headless
  • Configurez git
    git config --global --unset core.autocrlf
  • Et enfin lancer Buildtools
    java -jar BuildTools.jar

Cela peut prendre pas mal de temps suivant votre matériel (disons entre 30 min et 1 heure au pire).
Pour information, il est possible de générer une version de Minecraft particulière en utilisant l’option -rev lors du lancement de Buildtools (ex: -rev 1.12.2).
Cela peut être utile si vous ne voulez pas forcément la dernière version.

À la fin de la compilation, vous devriez obtenir un message de succès comme celui-ci :

Vérifiez que le fichier Spigot est bien disponible dans le dossier :
ls -latr /home/pi/spigot/*.jar
Dans mon cas, le fichier final sera “/home/pi/spigot/spigot-1.12.2.jar”.

Maintenant que Spigot est prêt, nous allons pouvoir passer à la suite.

L’arborescence d’un serveur Minecraft

Ce n’est pas du tout obligatoire, mais je vous conseille de vous organiser un peu dès le départ 🙂
Par exemple en créant un dossier dédié à votre serveur Minecraft.
Cela vous permettra de tout regroupe dans le même dossier, et de savoir exactement quels fichiers sont liés à Minecraft et faciliter une éventuelle sauvegarde par la suite.

Donc pour ma part, je vais m’organiser comme ceci :
mkdir /home/pi/minecraft
mkdir /home/pi/minecraft/server
cp /home/pi/spigot/spigot-1.12.2.jar /home/pi/minecraft/server

Cela me permettra de tout avoir dans le dossier /home/pi/minecraft
N’oubliez pas de modifier le numéro de version si nécessaire

Premier démarrage

Nous pouvons maintenant nous rendre dans ce dossier et lancer Spigot une première fois :
cd /home/pi/minecraft/server
java -jar spigot-1.12.2.jar

Le démarrage ne fonctionnera pas, et c’est normal.
Voici le genre de message que vous obtiendrez :

Il faut en effet d’abord accepter les conditions d’utilisations fixées par Mojang (Minecraft EULA).
Votre premier démarrage va juste créer le fichier « eula.txt » à la racine du serveur.
Modifiez ce fichier et changez la valeur pour « true » afin d’accepter les conditions :
nano eula.txt
Remplacez « false » par « true »

Vous pouvez maintenant démarrer Spigot une nouvelle fois.
Le serveur va créer les fichiers de base, à savoir :

  • L’arborescence des sous-dossiers
  • La génération du spawn des mondes par défaut (le monde normal, le nether et l’end)
  • Et les fichiers de configuration

Cela va prendre quelques instants.
Ensuite la console va afficher le message « Done », et vous pouvez arrêter votre serveur avec la commande :
stop

CTRL+C fonctionne également, mais « stop » est plus propre

Techniquement, notre serveur est déjà fonctionnel.
Mais tout d’abord, on va devoir jeter un œil à la configuration possible avant de nous connecter pour la première fois 🙂

Maîtrisez Python sur Raspberry Pi
10% de remise aujourd'hui !
Téléchargez le livre numérique.
Envie d'aller un peu plus loin que faire clignoter une LED ? Vous avez besoin de ce livre pour passer à des projets plus avancés.

Configuration de Spigot

Spigot permet bon nombre de configurations, pour créer exactement le serveur qui vous correspond.
Nous allons voir en détail ce qu’ile st possible de faire dans chaque fichier de configuration et à quoi cela sert.

Sachez tout d’abord, que les fichiers de configuration de Spigot sont pour la plupart en format YML.
Ce format est facile à lire, mais il est très important de faire attention à la syntaxe.
Par exemple les tabulations doivent être remplacées par des espaces et les caractères spéciaux comme les apostrophes génèrent souvent des erreurs.

Server.properties

Le premier fichier qui va vous permettre de configurer les options de base est server.properties.
Ce fichier est en fait un fichier du serveur original de Mojang, Spigot l’a gardé tel quel pour plus de compatibilité.

Ouvrez le fichier et regardez son contenu :
nano server.properties
Comme vous pouvez le voir, le fichier est facile à lire, avec à chaque ligne un paramètre et sa valeur associée.

Je vais maintenant vous expliquer les options les plus importantes de ce fichier, que vous aurez surement l’occasion d’utiliser par la suite :

  • server-port : Par défaut, le serveur Spigot sera accessible sur le port 25565, mais vous pouvez changer ce port ici
  • level-seed : Chaque monde est généré à partir d’une « seed » (graine). Si vous souhaitez tomber sur un monde en particulier vous pouvez entrer le nom de la seed à cet endroit et redémarrer le serveur pour avoir ce monde exact. Il existe des sites vous donnant des exemples de seed. MinecraftSeedHQ par exemple
  • hardcore : Vous avez envie d’un jeu très compliqué ? Le mode hardcore va bannir les joueurs à leur première mort 🙂
  • pvp : Permet d’activer ou désactiver le pvp sur votre serveur (Players Vs Players, le combat entre joueurs)
  • difficulty : Par défaut le serveur sera en mode de jeu facile. Vous pouvez augmenter la valeur de cette option pour le rendre plus difficile (indiquer une valeur entre 0 et 3)
  • gamemode : Par défaut, le serveur sera en mode survie. Vous pouvez également changer cette valeur pour passer à un autre mode de jeu (0=survie, 1=créatif, 2=aventure, 3=spectateur)
  • spawn-monsters : Vous pouvez désactiver cela si vous ne voulez pas de monstres sur votre serveur
  • motd : Il s’agit du nom du serveur qui s’affichera dans la liste des serveurs sur le client. Vous pouvez le personnaliser pour vous souvenir qu’il s’agit du serveur installé sur votre Raspberry Pi 🙂

Vous trouverez plus d’aide et la liste complète des options sur le Wiki Minecraft, mais la plupart du temps, vous n’aurez pas besoin des autres.

Spigot.yml

Spigot.yml est le premier fichier de configuration propre à Spigot pour personnaliser le serveur Minecraft encore plus.
Il vous permettra de changer les options de jeu et du serveur.
Par exemple, vous pourrez changer dans ce fichier la vitesse des hoppers ou le fonctionnement des fichiers de log.

La plupart du temps, pour un petit serveur à la maison, vous n’allez pas y toucher.
Cela mériterait éventuellement de faire quelques tests pour améliorer les performances sur votre Raspberry Pi, mais ce n’est pas du tout obligatoire.
Si vous avez besoin de plus d’informations à propos de ce fichier, vous trouverez tout sur le Wiki de Spigot.

Bukkit.yml

Spigot est basé sur Bukkit.
Bukkit était un projet similaire, permettant d’élargir les possibilités du serveur Minecraft officiel.
Spigot a décidé de conserver le fichier bukkit.yml qui existait à l’époque des serveurs Bukkit.

Ce fichier contient à peu près le même genre d’options que dans spigot.yml.
C’est d’ailleurs souvent compliqué de savoir dans quel fichier se trouve quelle option.

De la même manière que pour le fichier spigot.yml, il est peu probable que vous ayez besoin de toucher à ce fichier.
Cependant, si cela vous intéresse, de l’aide est également disponible sur le Wiki.

Mode hors ligne

Je voudrais maintenant vous parler du mode hors ligne, que vous avez peut-être aperçu dans le fichier server.properties.

Rappelez-vous que Minecraft est un jeu payant, que vous devez acheter sur le site officiel.
Souvent, vous pourrez même le trouver moins cher sur Amazon (voir ce lien par exemple). À vous de voir si vous avez envie de gagner quelques euros au passage 🙂
Mais il existe des versions « crack », avec des launchers qui vous permettent de jouer en solo ou sur certains serveurs cracks, sans jamais avoir besoin de vous identifier sur votre compte Mojang.

Le paramètre « online-mode » dans server.properties permet de gérer cela.
S’il est mis sur « false », les launchers cracks pourront se connecter à votre serveur.
Je ne vous encourage pas forcément à toucher à cela, mais vu qu’il s’agira d’un serveur fermé, accessible uniquement sur votre réseau familial, cela peut être une option intéressante.
Shiginima est un bon launcher crack si cela vous intéresse.

Connexion au serveur

Prenez le temps qu’il vous faudra pour ajuster la configuration du serveur selon vos envies, et nous pouvons ensuite tester l’accès au serveur.

N’oubliez pas de redémarrer le serveur Spigot si vous avez fait des changements :
java -jar spigot-1.12.2.jar

Télécharger du launcher Minecraft

Si vous avez la version payante du jeu, il vous faudra télécharger le launcher depuis le site officiel.
Connectez-vous sur votre compte et cliquez sur le lien de téléchargement.

Si vous voulez tester avec un launcher crack, vous pouvez télécharger Shiginima avec le lien suivant, ou n’importe quel autre launcher de votre choix.

Suivez ensuite les instructions et installez-le.

Démarrage du jeu

Launcher officiel

Si vous avez pris le launcher officiel, il vous sera demandé de vous connecter au premier lancement

Entrez vos identifiants et validez le formulaire.
Cliquez ensuite sur le bouton Jouer pour démarrer.

Mais avant de cliquer sur ce bouton, vérifiez bien que le jeu démarre avec la même version que le serveur.
La plupart du temps, la version serveur et client sont disponibles à peu près en même temps, mais il peut parfois se passer quelques jours/semaines pendant lesquels il y aura un décalage de version.
Aussi si vous avez installé le serveur pour une version précédente (avec -rev), alors il faudra adapter du côté du client.

Dans mon cas j’ai installé le serveur en version 1.12.2 mais le launcher est en 1.13.1.
Je vais donc changer cela :

  • Cliquer sur les options dans le menu
  • Puis ajouter un nouveau
  • Entrez le nom de votre choix (ex : 1.12.2)
  • Choisissez la version correspondant au serveur
  • Validez

Si vous revenez à l’accueil du launcher, vous verrez que le bouton « Jouer » a changé et vous pouvez maintenant sélectionner le profil à utiliser.

Launcher Shiginima

Le launcher Shiginima utilise une base semblable à l’ancien launcher officiel, donc la présentation est un peu différente.
La première chose à faire est de choisir le pseudo que vous souhaitez utiliser.
Aucun mot de passe ne sera demandé.

Appuyez ensuite sur « Play » pour accéder au launcher traditionnel.

Vous devez ensuite vérifier la version affichée en bas à droite, afin d’avoir la même que le serveur.
Dans mon cas, le serveur est en 1.12.2 et le launcher m’affiche 1.13.1.
Donc je dois changer cela en suivant ces quelques étapes :

  • Cliquer sur le bouton « Edit Profile » en bas à gauche
  • Dans la liste déroulante « Use version », choisissez la version correcte à utiliser (ex : 1.12.2)
  • Cliquez sur « Save Profile »

La version affichée en bas à droite devrait changer.
Vous pouvez maintenant cliquer sur « Play » pour démarrer la partie.

Ajout du serveur

Quel que soit le launcher utilisé, vous devriez maintenant arriver sur une fenêtre de ce genre :

Si vous ne l’avez pas encore fait, prenez le temps de passer par les options pour ajuster les commandes, le son et les options graphiques suivant vos besoins. La langue peut également être changée si vous le souhaitez.

Ensuite il ne nous reste plus qu’à ajouter le serveur et se connecter :

  • Cliquez sur le bouton Multijoueur
  • Cliquez sur Ajouter un serveur
  • Entrez un nom de serveur (peu importe)
  • Entrez l’adresse IP du Raspberry Pi
    • Si vous ne savez pas comment l’obtenir, je vous invite à lire cet article sur le sujet
    • Aussi, si vous avez changé le port par défaut, il faudra le préciser directement dans l’adresse, au format [IP]:[PORT], par exemple : 192.168.1.200:12345
  • Cliquez sur valider

Votre serveur devrait maintenant apparaître dans la liste :

Double cliquez dessus pour vous connecter!

Si vous avez la console du serveur ouverte, vous devriez voir apparaitre le pseudo de votre joueur qui vient de se connecter:

Vous avez maintenant un serveur Minecraft basique qui fonctionne.
Vous pouvez déjà jouer en famille ou avec vos amis.

Mais nous avons choisi Spigot, car il est possible d’ajouter des plugins, pas pour en rester là 🙂
C’est donc ce que nous allons voir maintenant.

Plugins

À propos des plugins

Comme expliqué précédemment, les plugins permettent d’améliorer ou changer le comportement de Spigot et de Minecraft.

Je vous donne quelques exemples des fonctionnalités que ces plugins peuvent vous apporter, cela devrait être plus clair pour vous :

  • Ajout de commandes, par exemple la possibilité de retourner au spawn du serveur avec /spawn
  • Don de récompenses basées sur vos actions dans le jeu
  • Ajout de permissions, par exemple empêcher les autres de casser votre maison

Il existe des milliers de plugins, qui font déjà plein de choses.
Et les possibilités sont à peu près infinies, puisque n’importe qui ou presque peut développer un plugin et le rendre disponible aux autres joueurs.

Télécharger des plugins

Spigot vous permet de télécharger la plupart de ces plugins sur son site web, dans la catégorie des ressources.
Vous pouvez faire une recherche pour un plugin en particulier ou parcourir les sous-catégories.

Pour un serveur familial, les plugins ne sont pas indispensables.
Du moment que vous faites confiance aux gens qui accèdent au serveur, la version basique suffira.
Mais si vous voulez plus de sécurité ou de fonctionnalités, il faudra en ajouter quelques-uns.

Voici une liste des principaux plugins intéressants, que l’on retrouve sur la plupart des serveurs multijoueurs en ligne :

  • Essentials : Essentials va ajouter la plupart des commandes utiles pour un serveur. Par exemple, il sera possible de créer des points de téléportation avec la commande /sethome et d’y retourner avec /home
  • PermissionsEx : PermissionsEx va ajouter des permissions à votre serveur. Les joueurs seront seulement capables de faire ce que vous avez décidé. Il est possible de créer des groupes, comme « Admins » avec tous les accès, et le reste des joueurs avec le minimum nécessaire
  • WorldGuard : Worldguard va permettre de créer des regions protégées dans votre monde. Par exemple, si vous avez construit des bâtiments au spawn pour accueillir les gens, WorldGuard vous permettra d’éviter sa destruction par le premier venu
  • WorldEdit : WorldEdit marche très bien avec WorldGuard, il vous permet de faire des sélections de zones, et de les transformer (via un copier/coller par exemple)
  • Multiverse : Multiverse-core est un plugin permettant d’avoir plusieurs mondes sur votre serveur. Par exemple, vous avez un monde ressources que tout le monde peut détruire, et un monde de construction avec des parcelles protégées
  • Vault : Ajoute une économie sur votre serveur (possibilité d’avoir de l’argent)
  • Lockette : C’est un plugin simple permettant de protéger ses coffres ou ses portes. Si vous mettez un panneau dessus, vous serez le seul à pouvoir les ouvrir.

Il en existe plein d’autres, qui peuvent être utiles suivant vos objectifs, mais ceux-là sont pratiquement indispensables.

Les plugins sont des fichiers Java, au format .jar.
Pour en télécharger un, rendez-vous sur la page du plugin, cliquez sur « Download » et récupérez le fichier .jar.

Nous allons maintenant voir comment les installer sur votre serveur.

Installation de plugins

Pour ajouter des nouveaux plugins sur Spigot, il suffira de mettre le fichier .jar dans le sous-dossier plugins du serveur.

Transfert depuis votre ordinateur

Si vous avez téléchargé le plugin sur votre ordinateur, vous pouvez le transférer en utilisant SSH sur votre Raspberry Pi :

  • Depuis un Mac/Linux, cela peut se faire directement avec la commande scp ou rsync, par exemple :
    scp Multiverse-Core-2.5.jar pi@192.168.1.22:/home/pi/minecraft/server/plugins/
    N’oubliez pas de changer les paramètres suivant votre configuration (nom du fichier, adresse IP, chemin sur le Raspberry Pi).
  • Sur Windows, vous pouvez utiliser WinSCP pour cela (ou FileZilla)
    • Créez un nouveau site avec la configuration de votre Raspberry Pi
    • Cliquez sur « Save » puis « Login »
    • L’onglet de droite affiche les fichiers du Raspberry Pi
      Aller dans /home/pi/minecraft/server/plugins
    • Glisses et déposez le plugin de gauche à droite
    • Vous devriez avoir quelque chose comme ça :

Téléchargement direct

Une autre méthode est de télécharger les fichiers directement depuis le Raspberry Pi.
Cela ne sera pas toujours possible ou pratique, mais si vous avez le lien direct vers le plugin, vous pouvez utiliser wget pour télécharger le fichier (ou votre navigateur sur Raspberry Pi OS Desktop) :

cd /home/pi/minecraft/server/plugins/
wget [LIEN] -o [PLUGIN].jar

Appliquer les modifications

Quelle que soit la méthode choisie pour transférer le plugin, il faut ensuite redémarrer le serveur pour appliquer les changements.

  • Retournez sur la console du serveur dans votre client SSH
  • Arrêtez le serveur
    stop
  • Puis relancez-le
    java -jar spigot-1.12.2.jar

Au démarrage suivant, le plugin sera installé et disponible en jeu.

Configuration des plugins

La plupart du temps, après redémarrage, un nouveau dossier au nom du plugin sera créé dans le dossier « plugins »
Ce dossier contient la configuration du plugin en question, par exemple :

├── Multiverse-Core
│ ├── config.yml
│ ├── scripts
│ │ └── scripts.bin
│ └── worlds.yml
├── Multiverse-Core-2.5.jar

Si nécessaire, vous pouvez éditer ces fichiers en vous reportant aux informations données sur la page de chaque plugin.

Aller plus loin

Ces quelques astuces ne sont pas obligatoires pour jouer à votre serveur Minecraft.
Mais cela pourra vous aider à aller plus loin, et notamment à avoir un serveur plus stable.

Utilisation de screen

Comme vous allez vite le remarquer, le serveur que vous lancez dans votre session SSH va s’arrêter dès que vous êtes déconnecté ou que votre ordinateur se met en veille …

Il faut donc démarrer le serveur depuis le Raspberry Pi pour que cela reste accessible même lorsque votre ordinateur n’est pas allumé.
Pour cela, soit vous lancez le serveur directement depuis l’écran du Raspberry Pi (pas très pratique), soit vous utilisez « screen » :

  • Installez le paquet :
    sudo apt install screen
  • Créez un nouveau « screen » pour votre serveur Minecraft :
    screen -S minecraft
  • Démarrez le serveur :
    cd /home/pi/minecraft/server
    java -jar spigot-1.12.2.jar
  • Quittez ce « screen » avec CTRL+A puis CTRL+D

Cette fois, même si vous êtes déconnecté, le serveur continuera de tourner.
Pour retourner sur ce « screen », il faudra utiliser la commande suivante :
screen -r minecraft

Script de démarrage du serveur Minecraft

Le fait que le serveur tourne en permanence est déjà mieux, mais s’il plante ou si votre Raspberry Pi redémarre il faudra refaire la manip à chaque fois.
Autant créer un script qui s’occupe de cela.

Un script basique

Voici un script tout simple qui vous permettra de lancer un serveur Minecraft :

  • Rendez-vous dans le fichier du serveur :
    cd /home/pi/minecraft/server
  • Utilisez nano pour créer le script
    nano start.sh
  • Collez ces lignes :
    #!/bin/bash
    java -jar spigot-1.12.2.jar
  • Sauvegardez et quittez (CTRL+O, Entrée, CTRL+X)
  • Ajoutez la permission de lancer le script :
    chmod +x start.sh
  • Démarrez le serveur :
    ./start.sh

Comme vous l’avez peut-être aperçu dans la configuration Spigot, si le serveur plante, Spigot va chercher tout seul si un script start.sh existe et le lancer pour redémarrer le serveur.
Donc, il est important d’appeler le script ainsi.

Options

La plupart du temps, on ajoute quelques options pour démarrer le serveur.
Java peut accepter pas mal d’options, et Spigot également.

Vous avez peut-être remarqué qu’au lancement du serveur, un message recommande d’utiliser une autre commande, nous allons donc modifier la commande pour ajouter les options demandées :
#!/bin/bash
java -Xmx1024M -Xms1024M -jar spigot-1.12.2.jar

  • -Xmx indique le maximum de RAM utilisable par Java
  • -Xms indique la RAM initialement utilisée par Java

Redémarrage automatique

La dernière chose que l’on peut ajouter dans notre script et un redémarrage automatique.
Dans le cas d’un plantage, Spigot va le faire tout seul.
Mais si vous arrêtez le serveur vous-même, il faudra le redémarrer à la main.

Pour qu’il redémarre tout seul dans tous les cas, voici le script complet à utiliser :

#!/bin/bash
while true
do
java -Xmx1G -Xms1G -jar spigot-1.12.2.jar
echo Reboot
#You can add other commands to do at each reboot here
#(backup or log rotation for example)
sleep 5
done

Lancement au démarrage

Pour finir, vous pouvez aussi ajouter un lancement automatique au démarrage du Raspberry Pi.

Pour cela, l’une des méthodes est d’ajouter un crontab comme ceci :

  • Éditez le fichier crontab :
    crontab -e
  • Collez cette ligne à la fin du fichier :
    @reboot /home/pi/minecraft/server/start.sh
  • Sauvegardez et quittez

Sauvegardes

Si vous passez beaucoup de temps à jouer, la mise en place d’une sauvegarde au moins une fois par jour pourrait être une bonne idée.

Pour un minimum de sécurité, installez un plugin comme celui-ci.
Ce plugin va créer des sauvegardes à une fréquence prédéfinie, et vous permettre de les restaurer facilement.

Personnellement, je modifie le script précédent pour ajouter une copie vers un autre dossier lors du redémarrage.
Je compresse ce dossier dans un fichier (par exemple, serveur-AAAA-MM-JJ.tar.gz) et je garde ainsi un historique complet des derniers jours.
L’idéal étant ensuite de stocker ces fichiers ailleurs que sur le Raspberry Pi.

Téléchargez mon antisèche !
Format PDF pratique, avec 74 commandes à retenir pour maîtriser son Raspberry Pi.

Accès depuis Internet

Comme vous l’avez vu, votre serveur Minecraft est accessible via une IP et un port.
Il est d’ailleurs possible d’ouvrir l’accès à ce port sur Internet, en créant une règle de routage ou de pare-feu sur votre box Internet.

Cette règle de pare-feu permettra à vos amis de se connecter et vous rejoindre sur votre serveur Minecraft.
N’oubliez pas dans ce cas d’ajouter les plugins minimums pour garantir la sécurité de votre serveur, car n’importe qui pourra s’y connecter 🙂

Conclusion

Vous savez maintenant comment configurer un serveur Minecraft évolué sur votre Raspberry Pi à la maison.

Minecraft est un univers illimité, que ce soit au niveau du jeu ou de sa communauté, ses plugins et ses possibilités d’améliorations.
Si vous connaissiez déjà le mode solo, je vous recommande vivement de vous intéresser à tout cela, que ce soit sur votre propre serveur ou sur d’autres serveurs en ligne.

Si vous souhaitez aller plus loin, je vous recommande le serveur TopCraft.fr et le site d’aide MinecraftFacile.com
(Oui oui, je m’occupe de ces deux sites, j’en profite pour faire un peu de pub ^^).

Ressources supplémentaires pour votre Raspberry Pi

Initiation au Raspberry Pi en vidéo
Si vous débutez et voulez passer rapidement à la vitesse supérieure, j’ai exactement ce qu’il vous faut.
Regardez ma formation vidéo qui vous aidera à démarrer du bon bien, choisir votre matériel, installer les meilleures applications et vous lancer directement dans vos premiers projets avec mon aide.
Regarder les vidéos dès maintenant

Maîtrisez votre Raspberry Pi en 30 jours
Vous avez besoin de plus ? Si vous êtes à la recherche des meilleures astuces pour devenir expert sur Raspberry Pi, ce livre est fait pour vous. Développez vos compétences sous Linux et pratiquez via de nombreux projets en suivant mes guides étape par étape. 10% de remise aujourd’hui !
Télécharger le livre au format PDF ici

Maîtrisez Python sur Raspberry Pi
Pas besoin d’être un génie pour coder quelques lignes pour votre Raspberry Pi.
Je vous apprends juste ce qu’il faut sur Python afin de réaliser n’importe quel projet. La seconde partie du livre est d’ailleurs consacrée à des exemples de projets ou je vous guide pas à pas.
Ne perdez pas de temps, apprenez le strict nécessaire et économisez 10% avec ce lien :
Télécharger maintenant

Autres ressources pour profiter de votre Raspberry Pi
J’ai regroupé toutes mes recommandations de logiciels, sites utiles et de matériel sur cette page de ressources. Je vous invite à la consulter régulièrement pour faire les bons choix et rester à jour.
Visiter les pages ressources


Ce tutoriel ne marche plus à 100%? Prévenez-moi pour que je le mette à jour!

Patrick Fromaget

Je suis l'auteur principal et le créateur de RaspberryTips. Mon but est de vous aider sur tous vos problèmes qui concernent Raspberry Pi en publiant des guides détaillés et des tutoriels rapides. Dans la vraie vie, je suis administrateur système (Linux principalement) avec une solide expérience dans le développement web.

Recent Posts

"Maitrisez Python sur Raspberry Pi" est enfin disponible en français (10% de réduction cette semaine)

X