Test du Pironman de SunFounder : Votre nouveau boîtier ?

Vous êtes à la recherche du boîtier ultime pour votre Raspberry Pi 4 ? Ce test pourrait vous intéresser. J’ai testé de nombreux boîtiers pour mes Raspberry Pi, et, sur le papier, le SunFounder Pironman remplit toutes les conditions : design, refroidissement, emplacement pour SSD, etc. J’ai eu la chance de l’essayer ces dernières semaines, et je vous raconte mon expérience dans cet article.

Le Pironman de SunFounder est un boîtier haut de gamme pour Raspberry Pi 4, en aluminium, doté de panneaux latéraux transparents, de LED, d’un emplacement pour SSD M.2 SATA, ainsi que d’un dissipateur thermique géant avec un ventilateur pour refroidir le Raspberry Pi en toutes circonstances.

Penchons-nous sur mon test, en commençant par les spécifications, puis en vérifiant mes impressions après quelques semaines d’utilisation 24h/24 et 7j/7.

Note : Pour être complètement transparent avec vous, SunFounder m’a envoyé ce produit gratuitement pour que je le teste et rédige ce test. Je vais vous faire part de mon opinion réelle dans cet article (aucune consigne ou censure), mais je tiens tout de même à vous en informer dès le départ.

Aperçu du Pironman de SunFounder

Premières impressions

Lorsque j’ai lu pour la première fois la page produit du Pironman, j’étais vraiment intéressé. Il semblait être le boîtier parfait que l’on attendait depuis longtemps.

J’en ai déjà testé beaucoup par le passé (vous pouvez lire mon comparatif ici, en anglais), et il semble que le Pironman résolve tous les problèmes que j’ai rencontrés avec les autres :

  • Il y a un emplacement pour ajouter un SSD à l’intérieur du boîtier (M.2 SATA).
  • L’emplacement de la carte SD reste accessible, ainsi que les broches GPIO.
  • Il dispose d’une ouverture pour le câble de la caméra, si besoin.
  • Un bouton d’alimentation est toujours un ajout intéressant.
  • Ils ont même ajouté des fonctionnalités supplémentaires comme un écran OLED sur la face avant et un récepteur infrarouge.
  • Et dans l’ensemble, le design est superbe, avec le style en aluminium et les LED à l’intérieur.

Alors oui, j’étais impatient de le tester pour vous dès que possible.

Les prix

J’ai vu la page du produit avant qu’ils ne fixent le prix du produit, j’ai donc été déçu quand j’ai pu enfin le consulter. Toutes ces caractéristiques supplémentaires ont un prix (79 € lorsque j’écris ce test). C’est probablement le boîtier le plus cher du marché.

Même l’Argon One M.2, qui semble être l’option la plus proche si vous avez besoin d’un emplacement SSD M.2 et d’un ventilateur, est à moins de 50 €.

À part l’Argon One, mes autres boîtiers coûtent moins de 20 € (comme le Neo qui reste l’un de mes préférés pour un usage quotidien), c’est donc un élément à prendre en compte dès le départ : le Pironman de SunFounder est cher (consultez le prix actuel ici). Il a beaucoup de fonctionnalités, mais vous en payez le prix.

Système de refroidissement

Le système de refroidissement inclus dans le Pironman est similaire à l’Ice Tower, qui est probablement la meilleure option disponible pour refroidir un Raspberry Pi en toutes circonstances, même en cas d’overclocking ou de forte utilisation continue du CPU.

Un dissipateur thermique géant se trouve au-dessus du CPU, avec un ventilateur qui peut être contrôlé pour le refroidir si nécessaire (vous pouvez régler la température maximale). En gros, si vous décidez de maintenir la température du CPU du Raspberry Pi sous une certaine température (disons 60 °C), il ne la dépassera jamais.

Je vous montrerai les résultats dans mon test, c’est assez impressionnant par rapport à mes tests précédents.

J’ai fait un test de l’ICE Tower ici (en anglais) si vous voulez savoir de quoi je parle. Le prix de ce système de refroidissement se situe déjà entre 15 et 20 euros si vous l’achetez séparément, c’est donc un élément à prendre en compte dans le prix du Pironman.

Téléchargez mon antisèche !
Format PDF pratique, avec les 74 commandes à retenir pour maîtriser son Raspberry Pi.
Télécharger maintenant

Autres caractéristiques

Comme mentionné précédemment, le Pironman dispose également de fonctionnalités supplémentaires, que vous ne trouverez pas nécessairement sur d’autres boîtiers. Ces fonctionnalités ne sont pas indispensables pour la plupart des utilisateurs, mais c’est un ajout appréciable si vous voulez avoir « le boîtier ultime ».

Par exemple, un écran situé à l’avant du boîtier affiche l’adresse IP, le CPU, la RAM et l’utilisation du disque. Vous pouvez le configurer pour qu’il soit allumé ou éteint. L’affichage de l’adresse IP au démarrage est une bonne idée, car vous n’avez pas besoin d’utiliser des commandes ou un scanner réseau pour la trouver (et vous saurez directement s’il y a un problème de réseau).

Je n’ai pas testé le récepteur infrarouge, mais il est là si vous en avez besoin. Je suppose que c’est utile pour Kodi ou Home Assistant. Il semble que je vais devoir me procurer un contrôleur pour le tester dans mes futurs essais, car les nouveaux produits semblent l’inclure (comme le Banana Pi M5 que j’ai testé récemment).

Le SSD M2 SATA se trouve au fond du boîtier, sur la carte d’extension (voir les photos dans mon test). Bref, assez de théorie, voyons le contenu de la boîte et comment cela fonctionne en utilisation réelle !

Vous pouvez voir toutes les spécifications sur leur page produit si vous avez besoin de plus de détails.

Pironman de SunFounder : mon test

Déballage

Voici la boîte reçue par la poste. Quand on l’ouvre, on dirait que l’assemblage est presque terminé, mais… ce n’est pas le cas.
Il est assemblé comme ça pour le transport, mais vous devrez d’abord le démonter, puis le remonter à partir de zéro.

Comme pour tous les produits SunFounder, vous recevez un guide de montage grand format, en couleur, indiquant toutes les étapes.

Hormis le Raspberry Pi 4 et le SSD, tout est inclus : ventilateur, dissipateur thermique, bouton, fils, vis et même un tournevis et une clé en croix.

Le manuel est similaire à celui de tous les produits fabriqués par SunFounder (comme le PiCar-X que j’ai testé ici, en anglais).

J’aime leurs manuels, ils sont en couleur, avec des détails sur chaque étape. Ils vous disent exactement quelles vis ou quels écrous utiliser (la référence exacte), ce qui évite de vous perdre quand ils sont similaires.

Montage

Je ne m’attendais pas à ce que l’assemblage prenne autant de temps lorsque j’ai décidé de le tester. Il m’a fallu au moins une heure pour suivre toutes les étapes. Je m’y attend lorsque j’achète un robot en kit, mais pas nécessairement pour un boîtier. Mais maintenant vous savez à quoi vous attendre :-).

À vrai dire, le processus est très proche des étapes que vous suivez pour un robot. Vous commencez par la carte Pironman, vous branchez tous les fils, le Raspberry Pi et le dissipateur thermique, puis vous devez fermer le boîtier qui l’entoure.

Chaque câble et bouton que vous avez vu sur la photo précédente doit être branché selon le manuel (bouton d’alimentation, bande LED, écran OLED, GPIO, emplacement pour carte SD, etc.) L’assemblage n’est pas si compliqué, mais c’est long, et certaines instructions n’étaient pas hyper claires.

Ils pourraient probablement améliorer le manuel pour le rendre plus facile. Par exemple, ils vous disent de brancher le bouton d’alimentation dans la broche VCC, mais il n’y a pas de broche VCC sur la carte (elle est nommée 5V). Ou bien ils disent que le câble en nappe GPIO peut être branché de la même manière que l’écran OLED, mais pas exactement, et l’orientation du câble n’est pas assez claire (plus sur ce point plus tard).

De plus, le manuel ne mentionne pas du tout l’emplacement SSD, j’ai donc complètement oublié de le brancher avant la fin de l’assemblage. Il se trouve au fond du boîtier, vous pouvez y accéder en retirant le panneau inférieur. Vous n’avez pas besoin de tout dévisser, mais ce n’est pas simple non plus. Un bridge USB externe est inclus pour l’alimenter à partir d’un port USB 3.0 d’un Raspberry Pi.

Le boîtier est composé de quatre panneaux en aluminium qui sont vissés ensemble avec deux panneaux en cristal des deux côtés. Ça fait beaucoup de vis pour un boîtier de Raspberry Pi, mais en fin de compte, il est très beau, et vous pouvez être fier de vous.

Ou en tout cas, si tu es meilleur que moi, tout devrait fonctionner après ça.
Lorsque j’ai mis le mien sous tension, il n’a pas démarré. Le fait de brancher l’alimentation directement sur le Raspberry Pi fonctionnait (mais pas de LED/OLED/bouton d’alimentation), mais rien en le branchant sur la carte Pironman.

J’ai essayé de contacter leur support, mais c’était vendredi, et ils ne répondent pas le week-end. Donc, le jour suivant, j’ai tout démonté et j’ai essayé de trouver ce qui n’allait pas. Eh bien, mon câble en nappe GPIO était branché à l’envers. Donc, après l’avoir retourné, la connexion entre la carte et le Raspberry Pi était bonne et tout fonctionnait correctement.

Je suppose qu’ils devraient ajouter des tests pendant l’assemblage, pour s’assurer que tout est branché correctement. Perdre 15 minutes à mettre toutes les vis autour du boîtier pour découvrir que vous avez manqué une petite étape est un peu dommage.

Téléchargez mon antisèche !
Format PDF pratique, avec les 74 commandes à retenir pour maîtriser son Raspberry Pi.
Télécharger maintenant

Configuration

Au premier démarrage, presque rien ne fonctionnera. C’est normal, ne vous inquiétez pas.
Le Raspberry Pi démarrera sur la carte SD ou l’emplacement SSD, et vous devez installer le service Pironman pour que tout fonctionne comme prévu.

J’ai également manqué cela dans leur manuel, car ils expliquent l’assemblage mais rien d’autre. Puis j’ai vu l’URL du tutoriel en ligne (en anglais) sur ce sujet et j’ai consulté la page. C’est alors que j’ai compris que c’était normal et que j’avais besoin de leur application pour le faire fonctionner comme prévu.

L’installation n’est pas compliquée, il suffit de modifier quelques lignes dans votre fichier config.txt :

  • Ouvrez le fichier de configuration avec :
    sudo nano /boot/config.txt
  • Et ajoutez ces lignes à la fin :
    dtoverlay=gpio-poweroff,gpio_pin=26,active_low=0
    dtoverlay=gpio-ir,gpio_pin=13
  • Sauvegardez, quittez et redémarrez.

Ensuite, vous pouvez télécharger le programme Pironman et l’installer en quelques commandes :
git clone https://github.com/sunfounder/pironman.git
cd pironman
sudo python3 install.py

Si tout est correctement branché, tout devrait ensuite s’allumer (LED, écran OLED, etc.) avec la configuration par défaut.

Vous pouvez modifier le fichier de configuration, ou utiliser la ligne de commande pour changer votre configuration.

  • Voir la configuration actuelle :
    pironman -c
  • Changer la couleur de la bande LED :
    pironman -rc <couleur>
    Le code couleur est au format hexadécimal, utilisez un outil comme celui-ci pour vous aider.
  • Modifier le seuil de température :
    pironman -f <température>
  • Afficher toutes les options de commande possibles :
    pironman

Une application dotée d’une interface graphique aurait été un excellent complément, car le public cible est probablement plus composé d’utilisateurs d’ordinateurs de bureau que de programmeurs, mais l’utilisation n’est pas si compliquée.

Résultats du refroidissement

La première chose que j’aime tester avec un nouveau boîtier, c’est la façon dont il gère la température du CPU lorsque le système est sollicité pendant une longue période. J’utilise principalement des boîtiers passifs, il est donc très important de faire ce test.

Eh bien, le Pironman dispose d’un dissipateur thermique géant, qui fait déjà un travail impressionnant, mais passé un certain seuil, vous pouvez choisir de démarrer le ventilateur afin de rester sous une certaine température.
Avec les paramètres par défaut, le ventilateur se met en route lorsque le CPU dépasse 50 °C. Et comme vous pouvez le voir sur ce premier graphique, il ne dépasse jamais ce seuil.

Il s’agissait d’un test de 10 minutes avec les quatre processeurs fonctionnant à 100 %. Le dissipateur thermique a suffi à maintenir le Raspberry Pi sous les 50 °C pendant la première moitié du test, puis le ventilateur a commencé à fonctionner par courtes rafales, ce qui a suffi à maintenir la température autour de 50 °C jusqu’à la fin du test.

Quand on compare ces résultats à tous mes autres boîtiers, il n’y a pas photo.
Les boîtiers passifs limiteront l’augmentation de la température du CPU, mais ne pourront pas la maintenir stable pendant une longue période, elle augmentera toujours.
Le seul qui s’en approche est l’Argon One avec le ventilateur activé, mais le Pironman a obtenu de meilleurs résultats dans ce test.

Pour rappel, la fréquence du CPU du Raspberry Pi commence à être réduite au-dessus de 80 °C. Ainsi, s’il est essentiel de le maintenir en permanence sous ce seuil, le fait de le faire fonctionner à 50 °C plutôt qu’à 60 °C n’a pas d’impact majeur sur les performances et la durée de vie.

Et la plupart du temps, vous ne l’utiliserez pas à 100 % sur les quatre CPU pendant de longues périodes. Je ne mentionne cela que si vous faites des choses folles avec votre Raspberry Pi, mais dans la plupart des cas, n’importe lequel de ces boîtiers devrait suffire.

Bruit du ventilateur

Au début, j’ai été déçu par le bruit du ventilateur. Dès qu’il démarrait, c’était vraiment bruyant avec un son pas naturel (un peu comme un bruit métallique). Sur la page du produit, Sunfounder souligne que le ventilateur est presque silencieux, avec un niveau sonore d’environ 22 décibels.

Mon expérience était vraiment moins bonne, alors je leur ai dit. Ils ont été très réceptifs, nous avons échangé quelques vidéos de leur résultat et du mien, et ils en ont conclu que c’était un problème avec mon ventilateur. Ils m’en ont envoyé un nouveau pour le tester, et bonne nouvelle : c’était bien mieux avec le ventilateur de remplacement.

Évidemment, ce n’est pas aussi silencieux qu’un refroidissement passif, mais le niveau sonore est beaucoup plus bas maintenant. Vous pouvez entendre quand le ventilateur fonctionne, mais c’est tout, pas du tout gênant. Un bon point pour cela et pour l’équipe de support :-).

Pour information, j’ai laissé le Pironman fonctionner dans mon bureau ces derniers jours, en faisant tourner plusieurs services dessus (AdGuard, serveur Minecraft, etc.) et en configurant le ventilateur pour qu’il démarre à 60° C au lieu de 50° C. Il n’a jamais démarré, donc ça ne devrait pas trop vous gêner, même si vous avez une utilisation plus intensive que moi.

Ce système est très efficace pour maintenir le Raspberry Pi sous le seuil de température défini, et c’est tout ce qu’on lui demande.

En résumé : Si vous trouvez que votre ventilateur est trop bruyant, contactez le support Sunfounder, juste au cas où, peut-être que je n’étais pas le seul à avoir ce problème.

Signal Wi-Fi

J’avais quelques doutes quant à l’impact de ce boîtier sur le signal Wi-Fi, mais après avoir effectué quelques tests supplémentaires, il semble que ce ne soit pas un problème.

Parfois, les boîtiers en aluminium bloquent le signal Wi-Fi et ralentissent la vitesse de votre réseau (c’était un problème avec le boîtier Flirc par exemple, en anglais). J’ai obtenu une bonne connexion Internet et une bonne vitesse Wi-Fi avec ce boîtier :

Téléchargez mon antisèche !
Format PDF pratique, avec les 74 commandes à retenir pour maîtriser son Raspberry Pi.
Télécharger maintenant

Vous comprenez l'anglais et en voulez encore plus ? Je publie une nouvelle leçon chaque mois, réservée à mes abonnés premium. Rejoignez la communauté dès maintenant pour y avoir accès !

Pironman en bref

Avantages et inconvénients

AvantagesInconvénients
Conception globale.Temps de montage (environ 1 heure).
Les instructions peuvent être améliorées.
Emplacement SSD M.2.Un peu cher.
Contrôle efficace de la température.
Caractéristiques appréciables (LED, OLED, bouton d’alimentation, etc.).
Paramètres personnalisables (LED, ventilateur, etc.).

Globalement, je suis ravi de ce produit. Une fois le montage effectué et que tout fonctionne, c’est vraiment agréable. Et puis, j’aime bien les lumières dans mon bureau :-).

À qui s’adresse-t-il ?

Le Pironman de SunFounder est un excellent produit pour les ordinateurs de bureau, les serveurs domestiques et les mediacenter. Il est plus cher que la plupart des autres solutions, mais il dispose de tout ce dont vous pouvez rêver.

Ce n’est probablement pas le boîtier idéal si vous faites beaucoup de projets électroniques ou utilisant des caméras. Par exemple, si vous devez passer 20 minutes à brancher la caméra ou si vous devez utiliser des HAT, je conseillerai sans doute d’utiliser l’Argon Neo (en anglais) ou quelque chose de similaire.

Mais pour une installation statique, que vous faites une fois et que vous laissez sur votre bureau, c’est un excellent choix.
L’emplacement SSD vous permet d’héberger des serveurs qui nécessitent un espace de stockage fiable, plus rapide ou plus grand (comme un serveur de fichiers).

Intéressé ?
Obtenez votre Pironman sur le site officiel.

Alternatives

Si vous n’avez pas le budget pour ce boîtier, ou si vous passez souvent d’un projet à l’autre, vous pouvez trouver toutes mes recommandations pour les meilleures alternatives dans cet article : Quel est le meilleur boîtier pour Raspberry Pi 4 ? (Je les ai tous testés) (en anglais).

Personnellement, j’utilise maintenant le Pironman comme station de travail fonctionnant 24h/24 et 7j/7 avec Raspberry Pi OS Desktop dessus et je continuerai à utiliser l’Argon Neo pour mes tests quotidiens lorsque j’écris des tutoriels sur RaspberryTips et que je ne peux pas le faire sur le Pironman.

Téléchargez mon antisèche !
Format PDF pratique, avec les 74 commandes à retenir pour maîtriser son Raspberry Pi.
Télécharger maintenant

Ressources supplémentaires pour votre Raspberry Pi

Initiation au Raspberry Pi en vidéo
Si vous débutez et voulez passer rapidement à la vitesse supérieure, j’ai exactement ce qu’il vous faut.
Regardez ma formation vidéo qui vous aidera à démarrer du bon bien, choisir votre matériel, installer les meilleures applications et vous lancer directement dans vos premiers projets avec mon aide.
Regarder les vidéos dès maintenant

Maîtrisez votre Raspberry Pi en 30 jours
Vous avez besoin de plus ? Si vous êtes à la recherche des meilleures astuces pour devenir expert sur Raspberry Pi, ce livre est fait pour vous. Développez vos compétences sous Linux et pratiquez via de nombreux projets en suivant mes guides étape par étape. 10% de remise aujourd’hui !
Télécharger le livre au format PDF ici

Maîtrisez Python sur Raspberry Pi
Pas besoin d’être un génie pour coder quelques lignes pour votre Raspberry Pi.
Je vous apprends juste ce qu’il faut sur Python afin de réaliser n’importe quel projet. La seconde partie du livre est d’ailleurs consacrée à des exemples de projets où je vous guide pas à pas.
Ne perdez pas de temps, apprenez le strict nécessaire et économisez 10% avec ce lien :
Télécharger maintenant

Autres ressources pour profiter de votre Raspberry Pi
J’ai regroupé toutes mes recommandations de logiciels, sites utiles et de matériel sur cette page de ressources. Je vous invite à la consulter régulièrement pour faire les bons choix et rester à jour.
Visiter les pages ressources


Ce tutoriel ne marche plus à 100%? Prévenez-moi pour que je le mette à jour!

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *